FILMS & DEBATS

25 films et 8 débats en continu

Durant tout le festival, projections non-stop sous le chapiteau dédié. Pour de nombreux films ou documentaires, des intervenants viendront présenter le film et débattre.

PROGRAMME DU VENDREDI 6 AOÛT

17H > 1980, ACCIDENT NUCLÉAIRE EN ARKANSAS (1h27m)
Robert Kenner, Eric Schlosser
Le 18 septembre 1980, à Damascus, dans l’Arkansas, sur une base de l’Armée de l’air abritant le missile nucléaire Titan II, deux hommes sont chargés de rechercher la cause d’une légère baisse de pression dans le silo de l’ogive. Après une journée de travail de près de douze heures, l’un de ces jeunes soldats, Dave Powell, commet une erreur de procédure. Comment les États-Unis ont échappé de peu à l’explosion d’un de leurs propres missiles nucléaires dans l’Arkansas. Une reconstitution hallucinante heure par heure, fondée sur le témoignage des principaux acteurs.

18H30 > PLOGOFF, DES PIERRES CONTRE DES FUSILS (version restaurée du film de 1980) (1h48m)
Nicole Le Garrec
Plogoff, février 1980. Toute une population refuse l’installation d’une centrale nucléaire à deux pas de la Pointe du Raz, face à l’Île de Sein, dans cette baie d’Audierne ouverte sur l’Atlantique. Six semaines de luttes quotidiennes menées par les femmes, les enfants, les pêcheurs, les paysans de cette terre finistérienne, désireux de conserver leur âme. Six semaines de drames et de joies, de violences et de tendresses… L’épopée des gens du Cap Sizun, face aux pressions de notre société moderne.

21H > LA COLÈRE DANS LE VENT (54min)
Amina Weira
Dans ma ville d’origine Arlit, au Nord du Niger, Areva exploite l’uranium depuis 1976. Aujourd’hui, une bonne partie de cette région, balayée par les vents de sable, est contaminée. La radioactivité ne se voit pas et la population n’est pas informée des risques qu’elle encourt. Une partie de l’année, de violents vents de sable enveloppent entièrement la ville. Ce vent de poussière propage des substances radioactives. Chacun cherche un abri. La ville devient calme, toutes les activités sont stoppées. Mon père, travailleur de la mine d’uranium en retraite, est au cœur de ce film. Il dépoussière ses souvenirs, les 35 années de son passage à la mine. Grâce à lui, je vais à la rencontre d’autres anciens travailleurs et des plus jeunes qui ont certainement leur mot à dire.

22H30 > AT(H)OME (53min)
Élisabeth Leuvrey
Plus de cinquante ans après la fin de la guerre, une cinéaste et un photographe, issus des deux camps du conflit et enfants héritiers de l’histoire coloniale franco-algérienne, nous ramènent en 1962 en plein Sahara algérien. D’une zone désertique irradiée aux faubourgs d’Alger, ils suivent le parcours d’une explosion nucléaire expérimentale. De l’essai à l’accident, des retombés environnementales au « recyclage » des lieux du passé… Le point de départ est historique mais l’histoire contée nous rattrape au présent et vient nous chercher là où nous sommes – at home – pour un face à face avec des retombées sans frontière.

23H30 > CHERNOBYL – ÉPISODE 1 (56min)
Craig Mazin, Johan Renck

00H30 > CHERNOBYL – ÉPISODE 2 (1h02m)
Craig Mazin, Johan Renck

PROGRAMME DU SAMEDI 7 AOÛT

9H > TRICASTIN DANS LA DRÔME : QUELS ENJEUX ? (trois reportages Le Média) (52min)
Rémi-Kenzo Pagès
Série de trois reportages journalistiques courts, proposés par Le Média, qui sous des angles différents abordent les enjeux soulevés par le complexe nucléaire du Tricastin dans la Drôme, notamment en terme de sûreté, de pollution et de vieillissement. Suivez les militants antinucléaires, les laboratoires indépendants de mesure de la radioactivité et les associations de citoyens dans leur combat contre la centrale nucléaire du Tricastin.

10H > FUKUSHIMA, WORK IN PROGRESS (40min)
Audrey Vernon, Xavier Mathieu
+ Débat à suivre avec Audrey Vernon, metteuse en scène et comédienne de la pièce

Audrey Vernon, avec le comédien et syndicaliste Xavier Mathieu, analyse à sa façon la situation de notre société riche en dérives capitalistes.
Pamphlet écologico-humoristique. Une femme, le Capitalisme, est debout sur une tour qui symbolise les mensonges et débâcles économiques. En bas le Monde Paysan, incarné par un homme.
Le Capitalisme a d’excellentes nouvelles :
Fukushima n’est plus un danger. Les chômeurs y trouvent même du travail en nettoyant les cuves contaminées. La vie peut reprendre, allons, courage ! Cependant l’homme refuse de se laisser enfoncer plus bas que terre.Son combat est utopique mais nécessaire : faire basculer le Capitalisme arrogant et insultant de sa tour. Suspens !

12H > DÉCHETS RADIOACTIFS : 100 000 ANS SOUS NOS PIEDS ? (52min)
Dominique Hennequin
Creusé dans la glaise meusienne, le laboratoire de recherches de l’ANDRA est, personne n’en doute, le prélude du futur site de stockage de déchets radioactifs à vie longue (cent mille ans) qui accueillera sans doute ses premiers "colis" radioactifs en 2025. Son installation à Bure, village de 90 habitants entre Meuse et Haute-Marne, anime depuis près de vingt ans une guerre entre les opposants et l’ANDRA, promoteur du site.

14H > UN HÉRITAGE EMPOISONNÉ (57min)
Isabelle Masson-Loodts
+ Débat à suivre avec Isabelle Masson-Loodts, réalisatrice du film

Alors qu’un siècle a suffi pour faire oublier le danger, pourtant encore réel, des rebuts de 14-18, comment croire que notre mémoire permettra de maintenir la vigilance des générations futures autour des déchets nucléaires qui resteront dangereux pour plusieurs millénaires ? Une plongée édifiante dans l’oubli, les scandales et les pollutions industrielles irréversibles, de la Première guerre mondiale au projet de déchets radioactifs Cigéo à Bure.

16H30 > MON TROUPEAU IRRADIÉ (1h44m)
Tamotsu Matsubara
+ Débat à suivre avec Kurumi Sugita (Nos Voisins Loitains 3.11) et Thierry Jacquot (Confédération Paysanne Grand Est)

Un mois après l’accident nucléaire, une zone d’un rayon de 20 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi a été désignée zone de vigilance. Deux mois plus tard, le gouvernement japonais a notifié à la préfecture de Fukushima l’ordre d’abattre tout le bétail dans la zone en vue d’empêcher la commercialisation de la viande contaminée par la radioactivité. Les agriculteurs, eux-mêmes évacués par ordre, n’avaient pas d’autre choix que d’obéir à la politique nationale. Cependant, certains éleveurs de bovins ont refusé d’accepter la situation, et continuent à faire vivre des vaches, quitte à s’exposer eux-mêmes à la radioactivité.

20H > TOUS N’ONT PAS DIT OUI (26min)
Alain Ries
+ Débat à suivre avec Pierre Bonneau et Gaspard D’Allens, auteurs de la BD Cent milles ans. Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires

Depuis 1980, l’industrie nucléaire, dépassée par la gestion de ses propres déchets, cherche à enfouir les plus toxiques. Ceux dont la période de décroissance radioactive pourrait se prolonger – au delà des activités humaines terrestres – pendant des milliers d’années. Face à de nombreuses tentatives d’enfouir (dans le Gard, dans la Vienne), la réponse des populations a toujours été "non". En Meuse et en Haute-Marne, dans le cadre abusif de la loi "Bataille", les élus locaux ont dit "oui". Contre l’avis des habitants de la région et soutenus par une manne financière conséquente, ils ont accepté que dans leur région s’installe d’abord un laboratoire de recherche, puis un centre d’enfouissement des déchets à vie longue. Ce n’est pas nouveau, démocratie et nucléaire n’ont jamais fait bon ménage. Le film d’Alain Ries retrace la lutte des hommes et des femmes qui, depuis 1994 dans un petit coin perdu de l’est de la France, s’opposent au rouleau compresseur du lobby nucléaire. Ce film est un montage d’archives

21H > CONDAMNÉS À RÉUSSIR (1h)
Claude Eveno, François Jacquemain
Un jour les habitants et les élus des environs de la Hague, pointe ouest de la presqu’île du Cotentin, ont appris qu’on allait bâtir une usine sur leur commune. Quelle usine ? Une usine de chaussures disaient les uns... une usine d’électronique disaient les autres... Sans consulter ni même prévenir les habitants, on a bâti la plus grande usine de traitement des déchets radioactifs du monde, afin d’accueillir les centaines de milliers de tonnes de combustibles irradiés issus des centrales nucléaires françaises et étrangères.

22H30 > NOTRE AMI L’ATOME : UN SIÈCLE DE RADIOACTIVITÉ (57min)
Kenichi Watanabe
Depuis la découverte du radium et de son rayonnement à l’aube du XXe siècle par le couple Curie et Henri Becquerel, les risques liés à l’atome ont été systématiquement minimisés et les contaminations qu’il a générées, occultées. Aujourd’hui, les victimes de Fukushima sont engagées dans des procès contre Tepco, la compagnie qui exploitait la centrale. Parmi les plaignants figurent aussi des soldats américains du porte-avions Ronald-Reagan, exposés au nuage radioactif, alors qu’ils viennent, au lendemain de la catastrophe, en 2011, porter secours aux victimes du tsunami. Alertés, leurs officiers restent confinés et prennent de l’iode pour se prémunir des radiations, sans informer ni protéger leurs hommes. Secret militaire ou industriel, désinformation, dissimulation… : l’histoire de l’atome est dominée par la manipulation, favorisée par l’invisibilité de la radioactivité. Dès les années 1920, les radium girls, des ouvrières américaines qui fabriquent des montres au radium, sont contaminées en affinant avec les lèvres le pinceau qu’elles utilisent. Deux décennies plus tard, après l’horreur d’Hiroshima et de Nagasaki, lors des essais nucléaires américains à Bikini, vétérans et pêcheurs nippons sont irradiés, quand le contexte de la guerre froide bâillonne toute protestation à grand renfort de propagande appuyée par les studios Disney. En 1986, l’URSS utilisera des méthodes analogues pour taire les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl.

23H30 > CHERNOBYL – ÉPISODE 3 (59min)
Craig Mazin, Johan Renck

00H30 > CHRONIQUES DE TCHERNOBYL (1h28m)
Bradley Parker
Six jeunes vacanciers en quête de sensations fortes engagent un guide pour une « expérience extrême ». Ignorant les mises en garde, l’homme les conduit dans la ville de Pripyat, toute proche de Tchernobyl. Vingt-cinq ans plus tôt, lorsque le réacteur avait explosé, les lieux avaient été évacués dans l’urgence. Après une brève exploration, le petit groupe se retrouve piégé dans la ville fantôme. Et ils ne sont pas seuls…

PROGRAMME DU DIMANCHE 8 AOÛT

09H > NIGER, LA BATAILLE DE L’URANIUM (47min)
Nahan Siby, Frédérique Denis, Stéphane Manier
Dans la course effrénée aux matières premières d’aujourd’hui, l’uranium du Niger est devenu un enjeu stratégique convoité par tous. Mais cette manne ne bénéficie pas à la population locale Touarègue et l’uranium a gravement pollué les alentours des sites miniers, provoquant de nombreuses maladies. Pour la première fois une enquête auprès des Touaregs rebelles, des Nigériens, des experts et d’Areva permet de lever le voile sur la vérité.

10H > INVISIBLES RETOMBÉES (45min)
CRIIRAD et Cris Ubermann
+ Débat à suivre avec Roland Desbordes (Criirad)

Les catastrophes nucléaires comme celles de Tchernobyl et de Fukushima entrainent des rejets massifs de substances radioactives dans l’environnement et une contamination durable de vastes territoires. Elles s’accompagnent des mensonges sur la gravité des contaminations et sur l’ampleur des risques sanitaires. Les manipulations sont d’autant plus aisées que la radioactivité ne se voit pas. Compte tenu de son parc nucléaire vieillissant, la France, est particulièrement concernée par les risques nucléaires.
Produit par l’association CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la RADioactivité) et réalisé par Cris Ubermann, le film « Invisibles Retombées », s’appuie sur les missions conduites par le laboratoire de la CRIIRAD au Japon pour rendre palpable cette radioactivité invisible et les conséquences pour les populations touchées par les retombées. Il rend compte des rencontres avec les habitants des zones contaminées et des mesures des niveaux de radiation effectuées à leur côté.

13H > DÉPLACER LES MONTAGNES (1h20m)
Lætitia Cuvelier, Isabelle Mahenc
Dans nos montagnes, là où nous avons choisi de vivre, nous voyions des espaces de liberté, des cols, des passages et des invitations au voyage. Nous avons vu une frontière se dessiner, de la violence contre les personnes exilées, des drames et des élans de solidarité. Nous avons vu des portes s’ouvrir, des liens se nouer à la croisée de ces chemins d’exil et d’hospitalité. Nous avons eu envie de faire raconter cette aventure par ceux qui arrivent et celles et ceux qui accueillent. Parce que cette histoire de rencontres dit quelque chose de nous et du monde dans lequel nous vivons. Anne, Yves, Fanfan, Max et Alia habitent les vallées du Briançonnais. Les chemins de l’exil ont conduit Ossoul, Abdallah, Ali et Boubacar dans ces montagnes frontière et refuge. Comment se rencontrent-ils ? Quels sont leurs rêves, leurs colères et leurs espoirs ? Comment tentent-ils de déplacer des montagnes ? Dans leurs récits et dans les moments de fraternité qu’ils partagent, s’esquissent des réponses et d’autres interrogations...

14H30 > À NOS CORPS DÉFENDANTS (1h30m)
IanB
+ Débat à suivre avec Ian B, réalisateur du film et membre du collectif Désarmons-les

Ce film-documentaire ne raconte pas des faits divers ou des bavures policières, mais un système de coercition institutionnalisé par l’État et dans lequel les forces de sécurité sont utilisées pour faire du maintien de l’ordre — social. Se centrant sur les quartiers populaires , le film veut mettre en évidence l’existence d’un « continuum post-colonial » sur les populations immigrées et les personnes précaires, donner à voir comment l’État exerce un contrôle sur leurs corps, identifiés comme marginaux ou dangereux. Intimidations, harcèlement, humiliations, racisme, torture, homicides : au fil des seuls récits de victimes et des témoins, et à la manière d’un jeu de points à relier, se dessinent les contours d’une violence systémique.

17H > L’EXPLOSION (52min)
Jérôme Champion
+ Débat à suivre avec Jérôme Champion

Quand une partie de l’histoire du nucléaire en France rencontre une partie de l’histoire ouvrière, cela peut provoquer une explosion d’un cocktail étonnant, mélangeant les peurs de l’explosion nucléaire, les mécontentements de l’explosion sociale et les départs discrets de l’explosion territoriale. Le réalisateur de L’explosion est retourné à Chooz, dans les Ardennes, 20 ans après que s’y soit déroulée une virulente opposition à la construction de la centrale nucléaire. Des habitantes et habitants, des antinucléaires, mais aussi des sidérurgistes, alors confrontés à la fermeture de leur usine, reviennent sur plusieurs années qui marquèrent l’histoire d’une région aujourd’hui de plus en plus déserte. À partir de ces évènements, le réalisateur de L’explosion a entrepris un voyage contemporain sur les traces des déflagrations de cette partie de notre histoire.

18H30 - APRÈS LES NUAGES (40min)
Les Scotcheuses
+ Débat à suivre avec des membres du collectif Les Scotcheuses

Attention ! Cette projection-débat aura lieu sous le chapiteau "Spectacles"

C’est un film collectif tourné en pellicule, fabriqué avec et par les opposantes au projet Cigéo, à Bure et alentours, en Meuse et Haute-Marne. Dans notre film, plusieurs univers s’entrechoquent, se croisent, se regardent, se mêlent ou s’évitent. Il y a des gens sous terre, d’autres en surface ou dans les arbres. On a imaginé ce qui se passerait dans un monde contaminé -peut-être – par le nucléaire où certaines personnes contrôlent, d’autres survivent, attendent, s’amusent et résistent. Un film d’anticipation ? Peut-être. Mais aussi un film d’archives où certains lieux apparaissant à l’image n’existent déjà plus. C’est un film qui s’est fait en parallèle de la lutte, à ses côtés, à son contact, dans la lenteur de la fabrication collective, quatre années durant. L’histoire a été écrite à plein, avec ce qu’on connaît d’ici. Elle est traversée par nos craintes sur l’avenir, notre colère et notre espoir qu’il y aura toujours du monde pour contrer ces schémas morbides et biocides et habiter les zones menacées.

20H30 > LE PAYS AUX PIEDS D’ARGILE (51min)
Nicolas Ploumpidis
+ Débat à suivre avec Nicolas Ploumpidis

Le Pays aux pieds d’argile se déroule sur la côte Atlantique de la France, dans les marais salants de Guérande, où depuis 1500 ans un lien unique s’est créé entre la nature et l’Homme. Ce paysage artifiel est fait de terre, d’argile et de mer : un damier complexe aux interactions fragiles entre les éléments, modelé au fur et à mesure du temps par des générations de paludiers, les travailleurs du sel. Le Pays aux pieds d’argile immerge le spectateur dans ce territoire avec sa dimension poétique et contemplative. L’histoire et ses enjeux se racontent à travers les mots de ces femmes et de ces hommes, héritiers de cette pratique ancestrale. Les marais, c’est une histoire de transmission et de gestion millénaire. Situés sous le niveau des océans, ils sont menacés de disparition par le changement climatique et la montée du niveau de la mer et deviennent alors une allégorie de la fragilité de l’existence humaine. Cette menace invisible est tissée en filigrane au coeur de ce film au fur et à mesure que les gestes et les regards dessinent un paysage à la fois proche de nous et exceptionnel.

22H > LA BATAILLE DE L’EAU NOIRE (1h13m)
Benjamin Hennot
Les habitants d’une petite vile de Belgique racontent leur victoire contre le projet du plus grand barrage de Belgique. Ce mouvement populaire autonome créera notamment la première radio libre de Belgique, illégale, la "radio des Irréductibles".

23H30 > CHERNOBYL – ÉPISODE 4 (62min)
Craig Mazin, Johan Renck

00H30 > CHERNOBYL – ÉPISODE 5 (1h08m)
Craig Mazin, Johan Renck