Samedi 12 août

Programme détaillé du samedi 12 août (sous réserve de modifications)

10h : balade naturaliste aux abords du festival

Rendez-vous à l’accueil du festival pour un départ groupé, à pied.
— 

10h30 – 12h30, chapiteau spectacles : Défendre la ZAD, par la Compagnie Ixtlan

« Défendre la ZAD est un texte d’intervention écrit par le collectif Mauvaise Troupe, paru aux éditions de l’Eclat en janvier 2016. Je l’ai acheté un peu par hasard à la librairie du Lieu Unique, lors d’un séjour à Nantes. Dès que j’ai eu ce livre entre les mains, j’ai eu envie d’en faire un spectacle…
Il y a l’urgence de raconter, alors que la menace se fait de plus en plus pressante : témoigner, partager l’expérience, faire savoir, surtout à ceux qui s’en sont tenus éloignés jusque là, combien ce qui s’y joue, au-delà d’une lutte environnementale d’envergure pour la préservation d’un biotope singulier, constitue la concrétisation d’une utopie politique dans un monde habité par une violence économique sans précédent. »
— 

10h30 – 12h30, chapiteau conférences : Misères et tourments de la presse dissidente, Table ronde sur l’automedia, avec les revues Lutopik et Le Nouveau jour J

« C’est justement parce que la presse traditionnelle nous dégoute que nous avons voulu faire notre propre journal. » Voici comment, sur les stands ou lors de criées, nous justifions la création de notre canard, le Nouveau Jour J. Difficile de ne pas échapper à la défiance générale envers les journaleux. Quand bien même nous nous efforçons, sans business plan et (presque) sans fric, de faire un média indépendant plus proche des intérimaires et des gens qui galèrent que des notables et des hommes d’affaires. Oui, il existe bien une presse combative, qui fait du journalisme les deux mains dans le cambouis et les pieds dans la lutte - mais elle reste à la marge, pas invisible, certes. Mais c’est pas loin. Comment faire entendre notre voix - et ainsi porter les voix de celles et ceux qui sont partout mais qu’on entend nulle part ? Comment mettre en lumière des alternatives sans rester constamment caché au fin fond des espaces « presse alternative » des kiosques ? Tel est l’enjeu de cette table ronde auquel l’excellente revue L’Utopik participera également. Un enjeu citoyen primordial, notamment lorsqu’on milite, d’où une participation plus que bienvenue de la salle...
— 

11h, en extérieur : Poser ses pieds sur un tapis, par Nadège Heluin, théâtre de rue

C’est une histoire d’histoires, un conte urbain presque banal.
Une femme-enfant sans âge poussant devant elle, rangés dans un landau d’un autre temps, des bouts de vie compilés, des morceaux d’elle qu’elle noue et dénoue, pour meubler le silence dans lequel elle est enfermée.
En équilibre sur une portée de silences et de croches (pieds),
elle se prépare à sa journée de rue,
sur un trottoir quelconque, d’une ville lambda.
— 

12h30 – 13h30, en extérieur : Duo Minera, flamenco

Entre esprit gitan et contemporain, Minera Nueva explore avec fougue et acharnement les origines du flamenco, ses codes rigoureux, ses émotions universelles, sa fièvre bouillonnante et les mystères de son duende. Chaque morceau raconte une histoire, animée par des contrastes forts et un panel de sentiments varié, dans la musique et l’expression chorégraphique. Les influences rock, jazz et contemporaine de ce spectacle renforcent et actualisent des émotions qui sont depuis toujours au cœur de cet art théâtral à la saveur universelle.
Pour en savoir plus
— 

14h – 15h30, chapiteau spectacles : Autostop Bure, par Marie Beduneau, conférence gesticulée

Que ferions-nous demain sans énergie ? Bien peu de choses… L’énergie est partout autour de nous : au travail, à la maison, dans la rue…Et le nucléaire en France est notre source majeure d’énergie.
Marie Béduneau, militante, lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires dans le village de Bure et s’interroge : pourquoi et comment affirmer son opposition au nucléaire lorsque l’on est pas un « expert » ?
« Longtemps, j’ai cru que mes arguments devaient être basés sur des chiffres, des faits précis. Mais ce n’est pas qu’avec des chiffres et des hypothèses scientifiques que j’ai envie de parler du nucléaire. Je souhaite parler de tout cela avec ce que je ressens et de manière plus générale, mettre en lumière la force de nos témoignages. »
— 

14h – 15h30, chapiteau conférences : Les failles technologiques du projet Cigéo, décryptage du récent rapport d’analyse de L’IRSN, par Bertrand Thuillier, ingénieur, expert indépendant

“Après la récente publication par l’IRSN de l’examen des options de sûreté de Cigéo, il apparaît que de très nombreuses questions sont relevées ; ces problèmes démontrent les risques et les failles de sécurité de ce projet à quelques mois seulement de sa Demande d’Autorisation de Création par l’Andra.
L’idée de cette intervention consiste à revenir sur ces principales questions mises en évidence par l’IRSN, et de rapprocher ces questions à nos interrogations de 2012.
Le rapprochement de ces questions met en évidence les défauts structurels de conception et l’impasse dans laquelle se trouve Cigéo.
Des éléments liés à la genèse de cette impasse et des échanges avec la salle permettront de donner les éléments de compréhension de cette situation et la justesse de notre combat.”
— 

14h – 15h30, chapiteau concerts : présentation du livre L’épopée alsacienne du Dreyeckland, 1970-1981, une décennie de luttes écologistes citoyennes et transfrontalières, par son auteur Jocelyn Peyret

Une histoire d’occupations de terrains. En 1974, la première occupation de terrain en France se met en place à Marckolsheim en Alsace. Elle va être suivi par de nombreuses autres comme à Wyhl, à Kayseraugst et à Gerstheim avant que le phénomène de reprenne de l’ampleur depuis quelques années. Quelle est l’histoire de ces occupations et quelles pourraient être leurs liens ?
— 

16h – 17h, chapiteau concerts : conférence sur l’EPR, par Martial Chateau, administrateur du Réseau Sortir du Nucléaire

Description à venir
— 

16h – 17h30, chapiteau conférences : Table ronde sur les transports de déchets nucléaires

avec Réseau "Sortir du nucléaire", STOP-uranium, les habitants vigilants de Void-Vacon, le GANVA et Valognes STOP-CASTOR
Chaque année, des dizaines de milliers de convois radioactifs et dangereux traversent le monde, du Niger à la France, de la Russie à l’Allemagne, dans le plus grand secret, exposant les populations à des risques insensés. La France, pays le plus nucléarisé au monde par nombre d’habitants, est ainsi une des plaques tournantes d’un vaste trafic de matières radioactives.
Quels types de convois sillonnent la France et l’est du pays ? Par où passent-ils ? Quels sont les questions et risques qu’ils génèrent ? Quels seraient les transports engendrés par le projet Cigéo ? Pourquoi et comment s’y opposer ?
Pour répondre à ces questions seront présents autour de la table des membres du Réseau "Sortir du nucléaire", de STOP-uranium, des habitants vigilants de Void-Vacon, et des personnes ayant participé ou suivi les actions du GANVA et de Valognes STOP-CASTOR.

Atelier sur les transports
Pour compléter la table-ronde, nous vous proposons un atelier plus pratique, d’échange d’informations et d’expériences pour savoir comment reconnaître ces convois, organiser des vigies et traques aux transports et réfléchir à des formes d’actions pertinentes, au regard notamment des expériences et témoignages apportés par les intervenants.

16h30 – 17h30, chapiteau spectacles : Distraction(s), par le cirque Gônes, nouveau cirque de salon

Venez découvrir le quotidien jubilatoire de ce vieux couple : ils sont chez eux, bien emmitouflés dans le confort étroit de leur quotidien, il y a lui, il y a elle, il y a aussi le temps qui passe, leurs manies, leurs obsessions… leurs distractions.
La morosité n’est qu’apparente et de taquineries en joyeux coups bas, ils luttent avec acharnement contre l’ennui. L’atmosphère s’échauffe, les défis s’enchainent et les surprises fusent, les objets se mettent en mouvement, s’attirent, se repoussent, roulent, claquent, rebondissent, volent… jusqu’à l’explosion.
Pour en savoir plus
— 

17h, en extérieur : Poser ses pieds sur un tapis, par Nadège Heluin, théâtre de rue

C’est une histoire d’histoires, un conte urbain presque banal.
Une femme-enfant sans âge poussant devant elle, rangés dans un landau d’un autre temps, des bouts de vie compilés, des morceaux d’elle qu’elle noue et dénoue, pour meubler le silence dans lequel elle est enfermée.
En équilibre sur une portée de silences et de croches (pieds),
elle se prépare à sa journée de rue,
sur un trottoir quelconque, d’une ville lambda.
— 

18h – 19h30, chapiteau spectacles : retour sur les luttes sociales aux aciéries de Longwy

Les luttes de Longwy ont compté parmi les plus intenses d’Europe en 79-80. La discussion reviendra notamment sur l’expérience de Radio Lorraine Coeur d’Acier. Elle sera suivie d’une projection inédite samedi à 19h30 et dimanche à 20h (dans l’espace projection)
— 

18h – 19h30, chapiteau conférences : Impact environnementaux de la filière nucléaire : Déchets – Rejets, par Bertrand Nouvelot (CRIIRAD - Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité)

À l’heure ou certains, malgré les expériences de TCHERNOBYL et FUKUSHIMA, tentent encore de présenter l’énergie nucléaire comme incontournable pour sauver le climat , nous tenterons de faire un inventaire le plus large possible sur les innombrables atteintes à l’environnement générées par cette technologie, qui s’avère en fait particulierement sale et polluante, au regard des nombreux déchets (gérés ou non) et des rejets quotidiens toujours d’actualité.
— 

19h – 20h, en extérieur : Les Bure Haleurs

Cette petite troupe est composée de « Ménestrels de la Terre-Mère, haleurs de débat sur le projet cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires entre Meuse et Haute-Marne ». Au rythme de leurs musiques et de leurs vélos, ils parcourent les villes, les départements et les régions, pour sensibiliser à leur manière ces populations plus éloignées et, par conséquent, sans doute moins informées des risques inhérents à l’enfouissement des déchets radioactifs prévu à Bure.
Pour en savoir plus
— 

20h – 21h30, chapiteau conférences : Tous n’ont pas dit oui, projection, discussion

Face à de nombreuses tentatives d’enfouir les déchets radioactifs (dans le Gard, dans la Vienne), la réponse des populations a toujours été "non". En Meuse et en Haute-Marne, dans le cadre abusif de la loi "Bataille", les élus locaux ont dit "oui". Contre l’avis des habitants de la région et soutenus par une manne financière conséquente, ils ont accepté que dans leur région s’installe d’abord un laboratoire de recherche, puis un centre d’enfouissement des déchets à vie longue. Le film d’Alain Ries retrace la lutte des hommes et des femmes qui, depuis 1994 dans un petit coin perdu de l’est de la France, s’opposent au rouleau compresseur du lobby nucléaire.
La projection sera suivie d’une discussion sur la situation actuelle de la lutte, et l’articulation entre les stratégies juridiques et de terrain.
— 

20h30 – 21h30, chapiteau spectacles :  Bas les mains par la compagnie Le Crieur

Théâtre de marionnettes.
— 

21h – 22h, chapiteau concerts : Duo Minera, flamenco

Entre esprit gitan et contemporain, Minera Nueva explore avec fougue et acharnement les origines du flamenco, ses codes rigoureux, ses émotions universelles, sa fièvre bouillonnante et les mystères de son duende. Chaque morceau raconte une histoire, animée par des contrastes forts et un panel de sentiments varié, dans la musique et l’expression chorégraphique. Les influences rock, jazz et contemporaine de ce spectacle renforcent et actualisent des émotions qui sont depuis toujours au cœur de cet art théâtral à la saveur universelle.
Pour en savoir plus
— 

22h, en extérieur : lâcher de lanternes (si les conditions météos sont favorables)

— 

22h – 23h30, chapiteau concerts : Scène rap

Avec El Prolo, et Original Laeti
— 

23h30 – 01h00, chapiteau concerts : Çub, electro-math-rock furieux

Çub c’est un condensé. Le mélange insensé. De Ça. Math-rock barré. Et Submarine FM. Deep dub électrifié.
Des subs. Des kicks et des cris. Des subs. Des snares et du bruit
De quoi secouer. Et tes pieds et ta tête. Çub s’entête à tenter. Un autre genre de fête.
Pour en savoir plus
— 

01h - 03h, chapiteau concerts : DJ set

—