Dimanche 13 août

Programme détaillé du dimanche 13 août (sous réserve de modifications)

10h – 12h, chapiteau concerts : Assemblée de lutte

— 

11h – 12h, chapiteau spectacles :  Une Petite Zistoire, par Marc Goujot, compagnie SAYN (Suzanne Aux Yeux Noirs), spectacle pour enfant

La petite souris qui perd une dent. Noisette, la souricette, est très pressée. Zaza, la petite chipette à couettes, a perdu une dents sur le devant… Mais voilà, ce soir, rien ne se passe comme prévu. Et Noisette, à son tour, perd une dent. Qui lui apportera une petite pièce.
La chaussure du géant. Il s’agit d’un géant qui porte une chaussure plus grande que l’autre, mais vraiment beaucoup plus grande ! Souvent, ça le fait trébucher. S’il ne lève pas le pied, les maisons du village vont s’écrouler. Assez ! Il faut trouver un moyen de l’arrêter.
— 

11h – 12h30, chapiteau conférences : Enfants de Tchernobyl-Belarus, projection-débat avec Yves Lenoir

1. la réalité de la liquidation de Tchernobyl telle que révélée par deux films :
- It Has Been, montage inédit de films de propagande durant la guerre de Tchernobyl, réalisé par ETB en 2014, durée 15 mn ;
- Le Sacrifice, de W. Tchertkoff et E. Andreoli, sur le destin réel d’une équipe de liquidateurs, durée 23 mn ;
2. la situation dans les territoires de Tchernobyl 30 ans après l’accident :
- projection du film réalisé par ETB en 2015 : Belrad 2015, durée 20 mn ,
— 

13h30 – 14h30, chapiteau spectacles : Bas les mains par la compagnie Le Crieur

Théâtre de marionnettes.
— 

14h, en extérieur : Poser ses pieds sur un tapis, par Nadège Heluin, théâtre de rue

C’est une histoire d’histoires, un conte urbain presque banal.
Une femme-enfant sans âge poussant devant elle, rangés dans un landau d’un autre temps, des bouts de vie compilés, des morceaux d’elle qu’elle noue et dénoue, pour meubler le silence dans lequel elle est enfermée.
En équilibre sur une portée de silences et de croches (pieds), elle se prépare à sa journée de rue, sur un trottoir quelconque, d’une ville lambda.
— 

14h – 15h30, chapiteau conférences : Des déchets de la Grande Guerre à ceux du nucléaire, par Isabelle Masson-Loodts

Au cœur des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, durant l’été 2015, les productions de lait et de céréales de sept exploitations agricoles du département de la Meuse ont été détruites pour cause de suspicion de pollution par des résidus de munitions toxiques de 14-18. Bien qu’une partie des activités de démantèlement ait laissé des traces dans le paysage, les habitants de la région semblent ne pas avoir développé de mémoire de ces faits.
À l’heure où dans le même département, l’ANDRA s’apprête à enfouir, dès 2025, des déchets nucléaires de longue durée, la pollution liée aux activités de désobusage dans le Nord-Meusien est l’un des premiers cas historiques, documentés scientifiquement, à offrir un cadre de réflexion sur le destin des déchets toxiques à long terme, et donc sur la question de leur mémoire au travers du temps.
— 

14h30 – 15h30, chapiteau concerts : Les compteurs Linky, par Joe Labat

Plusieurs raisons de s’opposer aux nouveaux compteurs communiquants installés par Enedis.
— 

15h00 – 16h00, chapiteau spectacle : Une Petite Zistoire, par Marc Goujot, compagnie SAYN (Suzanne Aux Yeux Noirs), spectacle pour enfant

La petite souris qui perd une dent. Noisette, la souricette, est très pressée. Zaza, la petite chipette à couettes, a perdu une dents sur le devant… Mais voilà, ce soir, rien ne se passe comme prévu. Et Noisette, à son tour, perd une dent. Qui lui apportera une petite pièce.
La chaussure du géant. Il s’agit d’un géant qui porte une chaussure plus grande que l’autre, mais vraiment beaucoup plus grande ! Souvent, ça le fait trébucher. S’il ne lève pas le pied, les maisons du village vont s’écrouler. Assez ! Il faut trouver un moyen de l’arrêter.
— 

15h30 : départ en promenade à la découverte du Bois Lejuc

Depuis plus d’un an maintenant, ce petit bois d’affouages, situé entre l’Orge et l’Ormançon, est devenu l’épicentre juridique, médiatique et physique de la lutte contre Cigéo. Rendez-vous à l’accueil du festival pour remplir les voitures et partir groupés pour la promenade !
— 

16h – 18h, chapiteau conférences : Table ronde sur la nucléarisation du territoire

Depuis l’installation de la plateforme logistique LMC-Areva International à Void-Vacon en 2009, le lobby nucléaire, aidé en cela par les acteurs économiques du territoire et les élus favorables à Cigéo, s’efforce d’implanter dans un rayon de 80 km autour de Bure des entreprises directement liées à l’activité nucléaire ou sous-traitantes.
La table-ronde présentera un panorama des sites concernés avant de laisser la parole aux militants qui se battent déjà sur quelques sites majeurs en Meuse et en Haute-Marne : Plateforme de Void, Laverie de Joinville, Syndièse…D’autres militants émanant de sites similaires ou de luttes emblématiques de la manière dont ces projets émergent ont été sollicités pour apporter leur témoignage et leur expérience de lutte. On évoquera aussi avec gourmandise quelques luttes victorieuses récentes…
— 

16h30 – 18h, chapiteau spectacles : Nous étions debout et nous ne le savions pas, par Catherine Zambon

Un jour, on se lève. On a 20 ans. On en a 50 ou 70 peu importe. On décide ce jour-là d’aller en rejoindre d’autres. Ceux qui s’assemblent. On devient l’un des leurs. Une heure. Ou 30 ans. Cela fera de soi un sympathisant. Voire un opposant. Certain diront : un résistant. Projet d’aéroport, usines à vaches ou à porcs, enfouissement de déchets hautement radioactifs… Ce texte rend hommage aux femmes et hommes qui s’engagent dans ces combats.
Ecrit avec l’aide du CNL (Bourse de création) et le soutien de La Charteuse les Avignon (CNES)
— 

18h - 19h, en extérieur : Apéro "vernissage" du tipi collectif !

— 

18h30 – 19h30, chapiteau concerts La Parisienne libérée

Chroniqueuse et chanteuse d’actualité, La Parisienne Libérée publie d’abord ses chansons de manière indépendante sous forme de clips vidéos. Elle interprète ensuite ses textes sur scène, puis rejoint l’émission Arrêt sur images. Pour Mediapart, elle réalise des chroniques chantées et des longs formats, ainsi qu’une parodie de journal télévisée, avec les savoureuses prévisions d’Astrid et de sa météo nucléaire.
Pour en savoir plus

20h – 21h30, chapiteau conférences : A Bure pour l’éternité , projection - discussion

Le projet Cigéo date du début des années 2000, et a tout de suite fait naître des oppositions citoyennes, politiques, scientifiques. Fruit de ces luttes, à quelques kilomètres de ce qui n’est encore qu’un laboratoire, une maison de résistance à la poubelle nucléaire, à cette énergie et à son monde (c’est son nom), est née il y a un peu plus de dix ans, où les militants se croisent, échangent leurs savoir-faire, luttent, et imaginent le monde de demain. Un lieu unique en Europe que ce documentaire propose de présenter.

21h30 – 23h, chapiteau concerts : Tisiphone, cold-rock-tribal-mystique

Tisiphone est une chimère fabriquant un son lumineux et confus inspiré par les rêves.
Trois artistes lyonnais s’emparent de tambours et guitares pour réinventer leur coldwave.
Les membres de Tisiphone, multi-instrumentistes, ne forment qu’un seul organe, la voix plane, crie, guide, se repose sur une basse enterrée et se perd dans les labyrinthes de la guitare et du synthétiseur. Les éléments de la batterie, dispersés, résonnent de rythmes tribaux et donnent une couleur ancestrale à leur musique.
Le son est brut et onirique.
Pour en savoir plus

23h – 00h30, chapiteau concerts : Giani Caserotto solo

Giani joue de la techno avec une guitare. Issu des rangs de Cabaret Contemporain et The Explosion (avec Fabrizio Rat et Gilb’R), Giani poursuit en solo sa quête des sons magiques et envoûtants, en marchant dans les pas de Robert Fripp, Jeff Mills, Steve Reich, Voices from the Lake. Armé de sa vieille Gibson, de pédales d’effets secrètes et d’une boite à rythme analogique, il délivre une musique hypnotique, basée sur l’improvisation et l’incantation rythmique.